6 conseils pour décrocher un emploi comme un pro à Vancouver

SDE_6 conseils pour decrocher un emploi a vancouver

Près de 9,5 millions de personnes font rayonner la langue française aux quatre coins du Canada. Qu’elles soient francophones de langue maternelle, issues de l’immigration, anglophones et allophones, elles ont choisi de vivre en français.

Près de 70 000 francophones et 200 000 francophiles vivent en Colombie-Britannique. Une communauté qui fait preuve d’innovation et dynamise l’économie et la culture locales. Dans l’esprit de propager cette vitalité, voici une liste de conseils pour les nouveaux arrivants dans leur quête de l’emploi rêvé en Colombie-Britannique.

1. Le réseau de la francophonie

La Colombie-Britannique offre une grande variété d’organismes au service de la communauté francophone. Plusieurs d’entre eux proposent un appui à la recherche d’emploi. Il serait dommage de s’en priver…

Outre la Société de développement économique avec son programme Objectif carrière (SDECB), ou Éducacentre qui propose des cafés-emploi, La Boussole, BC Talent from France et le Programme d’immigration francophone de la C.-B. offrent aussi leurs conseils aux nouveaux immigrants.

2. L’importance du réseautage

En Colombie-Britannique, plus qu’ailleurs au Canada, le réseautage est un des piliers d’une bonne recherche d’emploi. Qu’il s’agisse d’enrichir son carnet d’adresses par l’intermédiaire du bénévolat, ou de participer à des rencontres plus à caractère professionnel, cette étape est incontournable.  Les cafés-rencontres sont particulièrement prisés : sur la côte Ouest, on apprend à se connaître avant de parler business…

Enfilez donc votre plus belle tenue et réservez ces quelques dates dans votre agenda, voici la liste des prochains rendez-vous :

  • BC Talent from France organise des rencontres intitulées Connect working. prochaine a lieu le 6 septembre, de 18h30 à 21h30. Gratuit. Inscription obligatoire.
  • Le collège Éducacentre organise un café-emploi le 7 septembre, de 14h à 15h30. Gratuit. Inscription obligatoire.

Abonnez-vous aux pages Internet et aux réseaux sociaux des principaux organismes francophones pour être au courant de leurs rendez-vous hebdomadaires ou mensuels.

3. Les foires à l’emploi

Étape supplémentaire dans la quête du Graal, la participation aux foires à l’emploi francophones et/ou bilingues qui ont lieu toute l’année. La SDECB en organise quelques-unes, de même que le collège Éducacentre.

C’est armé de votre CV mis à jour et de votre lettre de présentation que vous irez assister à ces prochains événements :

4. LinkedIn et les réseaux sociaux

Bien plus qu’en Europe ou ailleurs au Canada, la plateforme LinkedIn est un outil indispensable du kit du chercheur d’emploi en Colombie-Britannique. Cette vitrine de vos compétences est extrêmement consultée par les employeurs locaux. Pensez donc à la décliner dans les deux langues officielles.

Au même titre que LinkedIn, il est courant de faire appel aux réseaux sociaux dans le processus d’embauche. Soignez donc aussi ces outils.

5. CV et lettre de présentation à la mode anglo-saxonne

Il est évident que ces outils ont aussi leur place en Colombie-Britannique. L’approche est néanmoins différente, surtout pour les immigrants européens. Il faut adapter ces documents au style nord-américain anglo-saxon, à savoir les raccourcir et aller droit à l’essentiel.

L’ordre des sections dans le CV est aussi très différent, les diplômes étant souvent moins consultés que l’expérience professionnelle, ou encore les loisirs! Le Programme d’immigration peut vous aider à le retravailler à la perfection.

Ne boudez pas non plus les listes à puces. L’objectif étant de faire gagner de précieuses minutes à votre éventuel futur employeur, tout en mettant vos points forts en évidence.

6. L’importance du bénévolat

En Colombie-Britannique, le bénévolat, qui est très sélectif, est d’une importance cruciale pour bâtir son expérience professionnelle et enrichir son réseau. Bien plus qu’un acte de générosité, il doit s’inscrire dans votre démarche pour trouver du travail.

Au-delà des compétences, les employeurs cherchent aussi des personnes avec qui ils s’imaginent passer la semaine avec plaisir. Le capital sympathie est donc un élément déterminant. Ne laissez pas l’anxiété ternir votre sourire. Ne soyez pas non plus surpris par des entretiens qui peuvent être menés de manière très informelle, dans un café ou ailleurs.